Éric Minh Cuong Castaing

 
portrait _ericminhcuongcastaing-copyrightmarcdacunhaloped-001.jpg

Le chorégraphe

 

Éric Minh Cuong Castaing explore les modes relationnels, les représentations et la perception du corps à l’heure des nouvelles technologies, interrogeant les dualités réel/fiction, nature/culture, organique/artificiel. Il est artiste associé au Ballet National de Marseille (2016-2019).

Né en Seine-Saint-Denis (93), Éric Minh Cuong Castaing est issu du champ des arts visuels: diplômé de l’école de l’image des Gobelins à Paris, il a été pendant plusieurs années graphiste dans le cinéma d’animation. Intéressé par les écritures chorégraphiques en temps réel, il découvre d’abord le hip-hop en 1997, puis le butoh, sous la houlette des maîtres Carlotta Ikeda et Gyohei Zaitsu, et enfin la danse contemporaine avec notamment le plasticien chorégraphe allemand VA Wölfl.

Au sein de sa compagnie Shonen, il met en relation danse et nouvelles technologies (robots humanoïdes, drones, réalité augmentée…) via des process “in situ in socius”. Depuis sa fondation en 2007, la compagnie a signé une quinzaine de créations – spectacle, installations, performances, films.

Son travail est diffusé en France et en Europe (CND Paris, Centquatre Paris, MAC Créteil, tanzhaus nrw Düsseldorf, Tanzquartier Vienne…), soutenu par le ministère de la Culture et de la Communication (Drac Paca, CNC-Dicréam…), et a reçu différents prix (Audi talents 2017, Pulsar 2017, bourse Brouillon d’un rêve arts numériques Scam, bourse Créateur numérique Lagardère, bourse chorégraphique SACDBeaumarchais, Premier prix de l’Audace artistique et culturelle fondation Culture & Diversité).

Portrait, M le magazine du Monde, Roxana Azimi, oct. 2018

 

Démarche artistique

 

Danse & nouvelles technologies
Je mêle à mes travaux chorégraphiques les nouvelles technologies dans une perspective critique en tant que «nouvelles structures de perception» (cf. notamment Stéphane Vial, L’être et l’écran, comment le numérique change la perception, éd. Puf, 2013). Il s’agit ainsi de proposer des dispositifs, scéniques ou autres, renouvelant la relation des corps entre eux et avec leur environnement, notamment dans des rapports d’interdépendance ou de co-présence (par exemple, par la mise en place d’un Live streaming vidéo entre des danseurs sur scène et des danseurs palestiniens à Gaza - Phoenix, 2018).

Corps pluriels
Je m’intéresse aux corps (danseurs professionnels, amateurs, empêchés ou hors-norme) et à la danse dans leurs spécificité et diversité. J’envisage cette dernière comme un ensemble de technicités - académiques, urbaines, folkloriques - liées à la culture des corps en présence ou "déterritorialisées" (par exemple, via l’adaptation de techniques de visualisation du buto japonais avec les enfants handicapés moteurs - L’Âge d’or, 2018). Le mouvement, enfin, est aussi bien humain que non humain (utilisation de drones ou de robots humanoïdes).

In socius
Au-delà de la réalisation d’une œuvre finale, mes projets s’inscrivent systématiquement au sein de réalités sociétales, selon une démarche que je qualifie de «In situ in socius». Il s’agit d’opérer des processus artistiques en partenariat pour créer des liens concrets et vivaces, à travers les personnes associées, entre des institutions publiques ou spécialisées (laboratoires de recherches, écoles, hôpital, ONG...) et le monde de l’art.

 

Collaborateurs

 

Gaétan Brun Picard
Gaëtan Brun-Picard intervient au sein de la compagnie Shonen en tant que chorégraphe pédagogue. Cet artiste et chorégraphe a co-fondé en 2014 le collectif W.O.R.K.? au sein duquel il développe ses propres recherches artistiques transdisciplinaires. Il collabore ou a collaboré par ailleurs avec Dominique Boivin, Emanuel Gat, le collectif de théâtre contemporain Das Plateau, Alessandro Sciarroni, Pauline Simon et Milla Koistinen. Venant de la danse hip-hop, il s’est formé à la danse et à l’écriture contemporaine auprès de Natalie Pernette, Peeping Tom, T.R.A.S.H., Gyohei Zaitsu, Shiro Daimon ou VA Wölfl.

Marine Relinger
Marine Relinger est dramaturge au sein de la compagnie Shonen. Journaliste de formation et critique, ses écrits sur les arts visuels sont publiés dans un certain nombre de revues (Télérama, Mouvement, Technikart, Evene - Figaro Scope, Sfaq US…) et catalogues d’exposition (catalogues du prix Emerige pour l’art contemporain depuis 2016, Vingt ans de danse au CDC Toulouse…). Elle a collaboré avec les commissaires d’exposition Gaël Charbau et Nicolas Bourriaud. Diplômée de l’école de journalisme ESJ Paris et formée à l’histoire de l’art à l’Ecole du Louvre de Paris, elle poursuit ses études de philosophie à l’université de Nanterre.

Yes Soeur!
Yes Soeur! est un duo de compositeurs français basé à Paris et Berlin associant Alexandre Bouvier (clavier et ordinateur) et Grégoire Simon (violon et alto). En parallèle de leurs concerts (Paris, Berlin, Rome…), ils développent un répertoire de musique de club pour les soirées MXTC qu’ils organisent à Paris depuis 2013. Yes Soeur! collabore, dans le champ du spectacle vivant, avec des artistes et compagnies tels que Shonen - Eric Minh Cuong Castaing, Alessandro Sciarroni, Cie2minimum, Gaetan Brun-Picard ou encore Jann Gallois / CieBurnOut et, dans le champ des arts visuels, avec l’artiste Pierre Gufflet.