Presse

 

M Le magazine du Monde

Sur l’Âge d’Or.
Par Roxana Azimi.

Le miracle artistique s’opère souvent là où on ne l’attend pas (…) C’est au chorégraphe Eric Minh Cuong Castaing, artiste associé au Ballet National de Marseille, qu’on doit cette épiphanie. Baptisée L’Âge d’or, sa performance où s’enroulent les corps de danseurs professionnels et ceux d’enfants atteints de sévères troubles moteurs a tiré larmes et sourires aux spectateurs les plus blasés (…) L’Âge d’or doit être vu dans le champ de l’art : “Je voulais des lieux où l’on questionne la beauté, la norme, un lieu proche du pouvoir”, explique (le chorégraphe.) L’Âge d’or échappe à toute obscénité et chahute toutes les grilles de lecture.

Lire l’article

 

France 24

Sur l’Âge d’or.
Par Axelle Simon.

 

Dans certaines parties du monde, surveillées au quotidien, cette technologie (des drones) crée un espace sonore particulier mais surtout un nouveau système homme-machine : la présence des drones influence les mouvements quotidiens. Ça entre en écho avec mon travail, qui questionne les interactions hommes / machines et la façon dont les nouvelles technologies changent nos structures de perception, notre appréhension du monde.

Lire l’article

Mouvement (n°97)

Sur Phoenix.
Par Aïnhoa J-Calmettes et Léa Poiré.

 

Ni pièce de danse, ni performance, ni spectacle-conférence, mais un peu de tout ça. Indéfinissable, perturbant, intrigant. Pour changer le regard sur Gaza. Et peut-être même celui sur la danse.

Lire l’article

Danser Canal Historique

Sur Phoenix.
Par Thomas Hahn

 

Il ne s’agit plus de faire un état des lieux des représentations de l’enfance mais de rendre compte d’une enfance sans âge (…) le lauréat Audi Talents Eric Minh Cuong Castaing crée une bouleversante structure de perception (…) en offrant à des enfants en situation de handicap moteur des lunettes “virtuelles”, leur permettant de voir ce que voient des danseurs, il leur donne en même temps des bras, pour faire danser leurs corps souffrant à hauteur d’homme.

Lire l’article

Revue Art Absolument

Sur L’Âge d’or.
Par Emmanuel Daydé.

 

Cette connection entre ces deux corps, dits valide et invalide, se joue à une toute petite échelle, avec délicatesse, à travers des mouvements infimes. Dans l’interaction, l’idée même d’invalidité perd son sens (…) L’âge d’or propose une utopie: une danse commune qui dépasse la situation de handicap (…) “Les thérapeutes ont constaté un vrai changement, les enfants font davantage preuve de relâchement et de contrôle, témoigne Colette Limouzm, directrice de l’établissement. La plupart d’entre eux souffrent de dystonie (mouvements involontaires, ndlr), difficiles à gérer pour les thérapeutes. Ils se sont atténués ou ont disparu avec la danse.”

Lire l’article

La Provence

Sur L’Âge d’or.
Par Marie-Êve Barbier.

 

France 3 Région Sud

Sur L’Âge d’or.

 

"Dans cet espace hors du temps, semblable à un chapitre de roman d’anticipation, enfants et robots apprennent ensemble la mimesis. Pas comme contemplation idiote, mais imitation poétique, motivée par la volonté intrinsèquement humaine, si chère à Aristote, de tendre vers une fin signifiante. Toute la beauté de School of Moon résidant dans sa faculté à devenir tel un enfant, par delà les contours morphologiques."

Lire l’article

Magmaa

Sur School of Moon.
Par Géraldine Pigault.

 

"Alunissage d’une nouvelle population sur le plateau du KLAP (…) Les “ères de jeu” s'animent de réalisme et d’anticipation, de traditions et de symbolisme, à la manière d'un conte philosophique. Les tableaux vivants, comme des “vignettes rupestres”, font le lien entre un système d'existence et un mode de représentation, entre la science et l’art. Le récit est porté par cette esthétique hybride qui influe sur les comportements de l'acteur, autant que sur les perceptions du spectateur (…) Le chorégraphe Castaing, les compositeurs Alexandre Bouvier et Grégoire Simon, et Sébastien Lefèvre à la lumière, travaillent leur savoir-faire avec une technique d'orfèvre, modulant en direct les éléments de fabrication de l'œuvre."

Lire l’article

Mouvement

Sur School of Moon.
Par Audrey Chazelle.

 

I LOVE TRANSMEDIA, La Gaité Lyrique

 

France 3 Lorraine

Sur School of Moon.

 

"Chairs pixélisées, animations avalant les corps, mapping vidéo altérant l'architecture même du théâtre… Kaiju (“bête étrange” ou “bête mystérieuse” en japonais) s'illustre au-delà des effets que permet l'emploi du numérique sur scène. Cette chorégraphie (…) reconfigure le corps à la mesure de son territoire actuel, à la fois local et mondial, nourri par un flux ininterrompu d'images à l'heure des mass media et de l’entertainment. Fruit d'un montage furieux resserré autour de ruptures (cuts sonores, modulations franches de l'éclairage…), la pièce ajourne toute tentative de lecture narrative pour concentrer son public sur une réception sensible de l’œuvre.”

Lire l’article

Évène, Le Figaro

Sur Kaiju.
Par Marine Relinger.

 

Radio Campus Toulouse

Interview d’Eric M.C.C.